Ancienne tour d’extraction n°19 de Loos-en-Gohelle

Ascension de cette tour de 66 mètres de haut, attenante aux deux plus hauts terrils d’Europe dont l’emprunte dans le paysage proche et lointain du nord de la France est très importante. En effet, elle est un signal depuis les villes alentours mais est également perceptible depuis le sommet du beffroi de Lille ou encore depuis le haut du mont Cassel dans les Flandres!

D’abord laissée à l’abandon en 1986, à la fin de l’exploitation de la mine de charbon, elle est d’abord inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques en 1992 pour enfin être classée en septembre 2009. Aujourd’hui la base du 11/19, faisant référence aux puits n°11 et n°19, est un des lieux emblématiques de la mémoire de la mine et fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO.

La tour qui permettait d’extraire 8000 tonnes de produits bruts par jour est construite par la Société des mines de Lens dans les années cinquante et est constituée d’environ 10 000 tonnes de béton armé. À l’intérieur, les rainures de bois visibles sur les parois laissent imaginer un travail de banchage titanesque.

De la base au sommet, nous avons progressé, accompagnés d’un guide du CPIE Chaîne des Terrils: Frédéric Kowalski qui nous a apporté des explications très pertinentes sur l’histoire et le fonctionnement du bâtiment. Le « bâtiment de recette », situé sous la tour, dispose encore de ses rails servant à diviser et trier les différentes berlines contenant le charbon. Le sommet de l’immense ascenseur vertigineux, lui, n’est pas un belvédère mais une immense pièce sombre et silencieuse accueillant les derniers éléments de la machinerie d’extraction.

Servant actuellement de porte-drapeau pour les événements régionaux tels que « La Route du Louvre », la question d’un nouvel usage pour cette tour endormie est aujourd’hui posée. Peut-elle devenir un musée à l’instar du centre historique minier de Lewarde?

______________________________

Série n°1: La tour d’extraction n°19.

Brasserie-malterie Motte-Cordonnier d’Armentières

Série n°3: La brasserie-malterie Motte-Cordonnier d’Armentières.

Visite d’un symbole de l’architecture industrielle de la ville d’Armentières, signé Marcel Forest. Les bâtiments en briques trônant fièrement le long du canal de la deûle, arborent l’étoile à cinq branches des bières motte-cordonnier telle que la fameuse « Vega ». Ses cinq branches représentent les éléments de la bière dont la production est aujourd’hui arrêtée. La quasi totalité des machines encore en place, dont les magnifiques cuves de brassage en cuivre se dévoilent au fil de notre parcours dans ce lieu immense et étrangement silencieux.

______________________________

Brasserie-malterie Peugniez-Clabaut de Courcelles-lès-Lens

Série n°2: Brasserie-malterie Peugniez-Clabaut.

Seconde visite d’une ancienne brasserie artisanale. Proche de l’ancienne fosse n°7 de Courcelles-lès-Lens, son histoire est étroitement liée avec celle de la compagnie des mines de l’Escarpelle. Celle-ci produit jusqu’à 6000 hectolitres de bière à fermentation haute jusqu’à la fin de la seconde Guerre Mondiale. Aujourd’hui, le lieu est totalement vidé de ses machines et cuves servant à la fabrication de la bière. L’odeur du malt grillé dans la tour de la malterie ou la poulie du monte-charge nous rappellent néanmoins qu’autrefois le fameux « Bock Courcellois » se préparait ici.

______________________________

Stage du samedi 13 décembre 2014

Stage du 13 décembre 2014 à la base du 11/19 - Loos-en-Gohelle

Stage du 13 décembre 2014 à la base du 11/19 – Loos-en-Gohelle

________________

Le 4ème stage organisé conjointement par l’association Portraits de Territoires et Obscura Formation s’est déroulé le samedi 13 décembre 2014.

Ce stage a été l’occasion de tenter d’améliorer encore le contenu et le déroulé de la formation. En effet, il ne rassemblait que deux stagiaires qui ont pu, dès lors, être d’autant mieux encadrés par le formateur tout au long de l’après midi. Les quatre heures de stage ont été denses sur le plan technique mais d’importantes phases de pratique ont également été ménagées.

Les stagiaires avaient en préambule exprimé le souhait de mieux connaître leur matériel photo. Ils s’étaient en effet rabattus comme beaucoup sur le mode tout automatique du fait souvent de la complexité de l’appareil ou de la densité du manuel d’utilisation.

Ainsi la formation a été adaptée en conséquence en privilégiant l’apprentissage des fondamentaux techniques sans pour autant essayer d’aborder tous les menus et sous-menus (parfois obscures) des appareils par ailleurs très complets puisqu’il s’agissait de réflexes.

En petit comité, les stagiaires ont donc pu poser de nombreuses questions notamment quant à leur propre pratique et aux écueils techniques parfois constatés dans certaines situations (photos de paysage notamment).

À la fin du stage les deux stagiaires semblaient incontestablement avoir découvert de nombreuses fonctionnalités insoupçonnées de leur matériel photo et la dernière sortie de shooting pratique l’a prouvé.

Enfin, ce stage « pratique — débutants » organisé l’après midi a été l’occasion en début de soirée d’aborder la gestion technique de la lumière hivernale de fin de journée associée à la lumière artificielle de l’éclairage public. Les stagiaires ont également pu s’essayer à la photo de nuit et sa gestion technique particulière (faible luminosité, haute sensibilité, photos nocturnes sans pied, usage du flash intégré….)

Stage photo du 18 octobre 2014

© Sophie Herman, Hélène Decarnin, Didier Masurel / Portraits de Territoires

© Sophie Herman, Hélène Decarnin, Didier Masurel / Portraits de Territoires

________________

Le 18 octobre 2014 était organisé sur le site de l’ancien carreau de la fosse du 11/19 à Loos en Gohelle le troisième stage photo destiné aux photographes débutants.

Après avoir fait connaissance autour d’un café de bienvenue les six stagiaires ont pu découvrir ou redécouvrir les fonctionnalités de leur matériel photographique. La majorité d’entre eux possédait depuis peu un appareil réflex et souhaitait mieux s’en servir en utilisant notamment les autres modes que le mode automatique.

La matinée était découpée en séquences permettant d’aborder les aspects techniques en salle : les différents objectifs et leur particularité, la profondeur de champ, les notions de composition,… et les expérimentations pratiques à l’extérieur.

Sous forme d’exercices pratiques les stagiaires ont pu tester les différents rendus photographiques liés à l’utilisation du téléobjectif et du grand angulaire, mais aussi les particularités de l’usage des vitesses d’obturation lente.

Le retour d’expérience en salle et le visionnage immédiat des images faisait alors prendre conscience au groupe des grandes possibilités créatives permises par l’utilisation des différents mode de priorité de l’appareil photo. Ainsi, pour l’illustrer, des essais de « filés » ont été réalisés.

Trois stagiaires avaient décidé de poursuivre leur formation sur la journée complète. Deux missions leur étaient alors confiées :
⁃ la première : réaliser une image par thème photographique : un portrait, une macro-photo, un paysage, et un « cadre dans le cadre ».
⁃ la seconde : réaliser une mini série d’au moins 5 images sur un thème libre laissant s’exprimer leur créativité.

Chacun s’est prêté aux exercices dans la bonne humeur mais avec sérieux sous un soleil radieux parfois difficile à maîtriser techniquement…

A suivi la partie éditing de ses images pour chacun des trois stagiaires.

Les séries ont ensuite été analysées et soumises à la critique collective des membres du groupe et du formateur. Les débats ont été riches et pédagogiques pour tout le monde et ont surtout permis aux stagiaires d’avoir un autre regard sur leur production leur permettant de faire évoluer leur pratique.
Cette courte expérience a permis néanmoins de dégager des regards et des façons de photographier différents pour les photographes du jour qui sont repartis satisfaits.

Commentaires des stagiaires:

« Très bonne formation qui a permis de connaître « toutes » les possibilités de mon reflex, en tout cas pour démarrer! »

« La formation m’a apporté des connaissances techniques et m’a permis de comprendre plus le vocabulaire technique et donc de mieux appliquer la pratique. »

Quelques images réalisées par les stagiaires:

Ce diaporama nécessite JavaScript.